Et si en fait je me trompais de métier?

Parfois je me dis que les gens qui m’appellent..ne savent pas vraiment ce que je fais..ou parfois peut être que je ne sais pas en fait ce que je fais..ou peut être que je pense faire un métier que je n’exerce pas en fait..

Vous n’avez rien compris? moi non plus..Capture d_écran 2017-05-09 à 13.54.25

 

Le mot qui revient le plus c’est DRESSEUSE..

« Bonjour je suis bien chez la dresseuse? »..
« Euh..tout dépend..dîtes moi ce que vous recherchez..? »

Car oui défois je me dis qu’on m’appelle parce qu’on croit que je vais débarquer avec mes cuissardes, ma cravache, mon fouet et mes menottes pour dompter la bête (le chien..pas le mari..)

Alors après quand j’explique ma façon de procéder, je pense que je dois casser un peu le mythe..car pas de fouet ni de menottes (avec les chiens..)

En plus quand je débarque en jean, basket..et
que je m’installe en calculant à peine le chien..(en l’observant bien sûr..mais pas de contact rapproché, ni de coups de cravache..et sans cri et intimidation..je sens le regard décu de certains et certaines..)

Oui, je veux bien réfléchir à faire plus de sensationnel et introduire plus de simili cuir (je ne mets pas de cuir)..mais parfois comprenez que c’est un peu galère..et que ça me couterait cher en pressing..car quand on a un, deux, trois chiens, qui arrivent parfois en trombe sur toi..et qui mettent leurs jolies pattes bien crados sur moi..je ressemble moins à Clara X..mais plus à la fermière de l’Amour est dans le pré..

et pour me déplacer..sous la pluie, ou le soleil..le simili cuir ça colle..bien que je ne transpire pas beaucoup, car pas d’excitation, de course poursuite, de plaquage au sol (je parle toujours des chiens), de cris à tout va..je parle pas mal, on observe beaucoup, on se tait pas mal, on décrypte, on modifie nos comportements, on appréhende un objet peu connu dans le milieu hard: la longe..mais la longe, c’est un bel outil..c’est vrai que je ne fais pas dans le sensationnel..j’avoue que pour certains ça peut manquer de punch..mais pourtant oui il y a du suspense..et de belles choses qui en ressortent..

 

Et quand on me demande si l’on peut transformer son chien en videur de boîte de nuit… la encore je me demande vraiment si suis claire dans mon site internet..(en fait je constate que beaucoup de gens tapent le mot clé dans les pages jaunes et vont voir le premier venu..(enfin heureusement pas tous!)..mais ça me semble fou de ne pas se renseigner un minimum sur qui et vers qui on va « envoyer » son chien..pour ma part, je me suis toujours renseigné lors de mes formations, stages ou conseils que j’ai pris auprès de pros..idem pour mon fils! je ne vais pas l’envoyer n’importe ou..il faut que ça nous corresponde!)

Capture d_écran 2017-05-09 à 13.55.05

 

certes on ne me dit pas ces termes exacts..mais ça veut dire pareil..

« Je veux que mon chien laisse rentrer certaines personnes mais pas d’autres »..donc jean basket c’est mort, mais costards oui..enfin
ça dépend, les trois pièces ok..mais pas les noeuds pap..et les enfants amis de mes enfants ok, mais ceux qui se sont embrouillés avec eux dans la journée non (car oui le chien va savoir tout ça évidemment..)

 

Donc une fois pour toute, je ne travaille pas dans le milieu de la nuit..je suis là pour vous aider à mieux comprendre votre animal, mieux vivre ensemble, le respecter, se comprendre mutuellement..

Pour toute partie sensationnelle, avec fouets et cravaches, je peux vous conseiller de bonnes adresses..mais sans votre chien, avec des personnes consentantes…

 

 

 

Publicités

Mais en fait…

capture-decran-2017-01-18-a-23-40-09

Mais en fait…pourquoi est ce que on chercher toujours des réponses les plus compliquées possibles alors qu’elles peuvent être pourtant si simples.

Lorsque l’on m’appelle et que la première chose que l’on me dit c’est “mon chien a grogné et est agressif”, lorsque l’on me dit “il détruit tout”, “il est insupportable”, “il n’est pas propre”, “il me domine”, “il veut tuer tous les chats qu’il voit”, “il est fou en laisse”, “il ne supporte pas d’être seul”, “il ne me lâche pas d’une semelle”….

Lorsque l’on me dit tout ca, les premières réflexions qui me viennent ne sont pas “ok, nous allons l’en empêcher”..

Les premières reflexions, questions qui me viennent sont:

“ dans quel contexte? qu’entendez vous par agressif? par destructeur? pas malpropre? par insupportable? etc..”

Et surtout essayer de comprendre ce qu’il RESSENT…les raisons qui le poussent à agir ainsi..

Non un chien ne devient pas agressif sans raison..mais au final QUI EST AGRESSIF SANS RAISON?

Regardons nous..qui n’a jamais agressé une seule fois dans sa vie autrui? qui n’a jamais agressé verbalement le conducteur d’en face qui nous fait des appels de phare parce que l’on ne va assez vite? parce qu’il ne roule pas assez vite? qui n’a jamais agressé physiquement une autre personne, même par une claque (souvenez vous déjà quand vous étiez..bébé..), une personne car on se sentait tellement en colère, ou tellement triste?

Oui, parfois certains pensent que ca arrive du jour au lendemain..c’est possible…au niveau médical, il y a aussi des explications.. il y a donc toujours une explication..

Pourquoi toujours ce besoin de recouvrir la plaie, plus ou moins béante, de s’infliger, d’infliger aux autres des traitements à n’en plus finir..et même se de mettre dans ces situations??alors que la cause est non identifiée..ou volontairement cachée?

Pourquoi chercher des explications qui nous paraissent simples..alors qu’au final..on se complique, on se tue à petit feu, on tue l’autre à petit feu..l’empêcher de s’exprimer, nier les raisons du stress, du mal être, le nier dans son existence..n’aura juste pour conséquence que d’accentuer le mal être, exagérer les manifestations de ce mal être..et au final aboutir à des connaissances plus ou moins tristes..

Avant toute chose, lorsque l’on vit avec un animal..déjà posons nous les questions..parfois lorsqu’on commence à s’en poser elles ne s’arrêtent jamais..et au final, la plus honnête ne serait elle pas de dire que les animaux ont ils demander à vivre avec nous? de quel droit l’avons nous retiré de sa mère, sa fratrie, pour le faire vivre avec nous? Oui cette question je me la pose…mais je me dis qu’au final, cette pratique est ancrée depuis des milliers d’années..et que les animaux dans certains cas en ont trouvé et en trouvent des bénéfices..ils ne sont pas toujours victimes de nous, ils décident aussi, ils orientent nos vies, nos choix, ils deviennent nos partenaires, nos amis, nos confidents, nos complices, notre famille…

Ils sont là..donc ma réflexion est tant qu’ils sont là, agissons pour qu’ils soient au mieux..car désolée, mais non, on ne changera pas des milliards de personnes..oui on en changera quelques unes..mais toutes c’est impossible..et on ne sera plus là pour voir le changement dans des milliers d’années…donc..agissons…

Mais pourquoi sommes nous si paradoxaux (moi la première)..pourquoi est ce si difficile d’être sensible, empathiques..j’ai bien des pistes de réflexion..mais je pense que le nombre de pages de l’article doit être limité..et surtout je n’ai pas toutes les réponses..mais il n’y a qu’à regarder la façon dont nous vivons ENSEMBLE..enfin plutôt la façon dont nous n’arrivons pas à vivre ensemble, la façon dont nous sommes devenus masos…on est je ne sais pas combien au m2 dans certaines agglomérations, on s’inflige des environnements sans un gramme de verdure, on respire du béton, on se cogne dedans en voiture, dans le métro, on ne sait plus respirer, on ne sait plus écouter, parler à l’autre, on ne sait plus mettre des mots sur ce que l’on ressent..alors oui Dame Ginette, dis moi comment pourrions nous arriver avec une autre espèce?? (pour ma part, je trouve beaucoup plus simple de communiquer avec un animal (non humain..car oui nous sommes des animaux! ) que des humains…nous sommes trop compliqués (moi la première encore une fois..je ne suis pas là pour donner des leçons de morale, ou quoique ce soit..juste des questions..des réflexions..pour lesquelles je n’ai pas forcément de réponses..)

Nos peurs nous poussent à l’agression, nos angoisses, également..

Et pourquoi serait ce différent avec les chiens?

Un chien qui agresse..une des premières questions est “est il de tempérament peureux?”..et surtout dans quel contexte cela s’est il produit?..

Encore une fois, nous avons tous au moins une fois agressé un autre individu dans notre vie (sous diverses formes…les premières victimes de nos agissements n’ont ils pas été nos parents?? oui bébé..comment nous exprimons nous, quand quelque chose ne va pas? on peut crier (c’est une forme d’agression non? ), on griffe? on gifle? sommes nous pour autant des malades pervers psychotiques?!)

Non car ce n’est pas fait de manière continuelle, c’est fait dans des contextes particuliers, dans des endroits particuliers, avec des individus particuliers, dans un état émotionnel particulier, et que nos expériences passées influencent…

Pour les destructions…j’entends parfois que lorsque le chien détruit des canapés, des vêtements, des chaussures (peu importe la marque..)il faut le mettre en cage, lui mettre une muselière..mais attends, attends, toi qui donnes ces conseils..tu n’a s pas du réfélchir à ce que tu disais..sinon tu n’aurais pas pu dire cela..toutes les questions de base comme “qui est il? qui êtes vous? quel age a til?est ce sa place? combien de temps reste il seul? ou vivez vous? d’ou vient ils? qu’a t il connu? quelles sont vos relations? quelles sont vos attentes..mais surtout que ressent il dans ces moments là? si l’on vous disait que votre chien est en détresse, est stressé, s’ennuie..non je ne pense pas que vous le mettriez en cage, que vous le preniez par la peau du cou en rentrant, que vous vous époummonniez (ca se dit??) en lui criant dessus pour lui dire que ce n’est pas bien, que vous lui mettriez une muselière…non ..à la place on vous dit qu’il se venge, qu’il se moque de vous..

Mais moi si je détruis tout un jour chez toi..que penserais tu?? ne te dirais tu pas que je me venge??bah si en fait..tu ne verrais pas mon mal être, ma colère, mon angoisse..tu verrais juste les faits..et tu chercherais juste à empêcher que cela se reproduise..sans se poser de questions parce que ..c’est comme ça..

Et bien non ce n’est pas comme ça..non on n’a pas le droit de dire ça..non ce n’est pas moral..posons nous les questions, soyons plus dans l’empathie, la compréhension de l’autre, la remise en question, l’observation envers eux..envers nous..

Arrêtons de foncer droit dans le mur parfois…parce que à part nous laisser de multiples bosses, des plaies surinfectées qu’est ce que cela nous apporte?

Alors qu’il serait si simple..d’agir autrement et d’aller mieux..car oui tous les jours de multiples exemples nus le montrent..mais on préfére parler de ce qui ne va pas..avez vous écouter la radio à 8h du mat (ou 5h pour les les leve tôt!)..ne sommes nous vraiment pas masos??? quelle autre espèce au monde commence la journée en annoncant des faits divers les plus sordides (bon quelle autre espèce est envahie d’écran plat, de machines ultralumienuses)..entre la météo et la recette de cuisine??Oui on aime se faire du mal en voyant les pires monstres dans nos chiens, des êtres assoiffés de pouvoir? ou juste des êtres niés en fait? Il est tellement simple de ne pas voir , de ne pas se poser de questions ca c’est sûr…mais est ce la solution??

Alors changeons notre regard, notre vision des choses..et EUX savent tellement nous le faire ressentir..car ils PARLENT…il suffit juste de les écouter..et on ne pourra qu’aller mieux..ils nous apprennent..

Mais en fait..non ce n’est pas si simple..mais faisons en sorte que ce soit simple SVP..

Comme cet article..qui au final n’est surement pas des plus struturés..mais juste le reflet de toutes ces questions, ces réflexions, ce tourment, cette agitation..

sur ce..

Et vous? Qu’en pensez vous?

A bientôt

www.chatschiensethommes.fr« capture-decran-2017-01-18-a-23-40-09

Et si on parlait relation avant d’éducation? 

Je reçois pas mal d’appels pour faire dresser, éduquer les chiens.

Rarement j’entends je souhaiterais m’éduquer..bizarre

Car en fait oui, nous éduquons plus l’humain à respecter les besoins du chien, à mieux le connaître, à entretenir une meilleure relation, à changer son comportement dans certaines situations..

Mais avant toute chose, avant de parler d’éducation, parlons relation: construire une relation, des liens affectifs est nécessaire..apprendre au chien à obéir, à écouter…peut on réellement l’apprendre? Ou cela se fait il naturellement quand une relation est bonne, bien instaurée?

D’ailleurs doit on garder ce terme obéir? Quand deux êtres entrent en relation, que la communication est bonne, que chacun apprend à se connaître, le chien ou l’humain fait les choses sans se poser de question, sans forcément répondre à une demande.

banksy, graffiti

Image: Graff de Banksy (http://www.banksy-art.com.com)

Oui nous apprenons à nos chiens à vivre dans nos sociétés humaines même si d’eux mêmes ils apprennent..ils sont bien meilleurs observateurs que nous..leur apprend on réellement? leur demande t on plutôt? leur faisons nous comprendre? répondent ils d’eux mêmes?..

Bref..au final avant toute chose passons du temps à CONSTRUIRE cette relation…sans trop se poser de questions…avec juste des bases de connaissances sur ce qu’est un chien, et ensuite à vous de nous dire qui est CE chien avec lequel vous vivez..car au final qui d’autre que vous est mieux placé pour le connaître? et qui d’autre que lui est il mieux placé pour vous connaître et nous dire qui vous êtes?

Le jeu chez le chien

Nous parlons souvent de » jouer »  avec nos chiens, nous observons assez fréquemment nos chiens « jouer ». Le jeu fait partie intégrante de nos vies  et est important pour notre développement. Cette activité se retrouverait chez grand nombre de mammifères, comme le chien, et davantage chez les plus jeunes que les plus âgés1. Nous allons aujourd’hui aborder cette thématique, et essayer d’en comprendre l’utilité, pour le chien, et pour la relation qui nous unit l’un à l‘autre.

Le jeu chez le chien est très peu étudié en éthologie (science qui étudie le comportement animal). Mais certains chercheurs s’y intéressent : Alexandra Horowitz, éthologue américaine, mène actuellement une étude sur la façon dont les personnes jouent avec leurs chiens. Les propriétaires de chiens ont été invitées à envoyer photographies ou vidéos pour faire avancer les recherches.2

Qu’est ce que le jeu ?

Difficile de proposer une seule définition. Nous utiliserons la définition de la vétérinaire, Isabelle Vieira :3 « Le jeu est un ensemble de comportements produits ensemble ou successivement lors d’interactions amicale entre plusieurs individus. On y retrouve des comportements locomoteurs (course), agressifs (grognements), sexuels (chevauchement), alimentaires (prises en gueule), (…) ». il est important de garder en tête la notion « d’amicalité » : le jeu permettrait de procurer du plaisir.

Pourquoi les chiens jouent-ils ?

Chez le chiot, le jeu occupe une part importante dans son développement, et lui permet d’acquérir les codes de communication de son espèce : en multipliant les interactions ludiques, il apprend à interagir avec ses congénères, à s’ajuster.

Si chez les mammifères, le jeu est essentiellement présent chez les jeunes, le chien garde cette particularité, par rapport à d’autres espèces proches, comme le loup, de continuer à jouer, de façon plus ou moins importante, en fonction de leur tempérament et des stimulations qui leur sont proposées, notamment dû au fait qu’ils partagent nos foyers depuis des millénaires. Les hommes, par la domestication, ont sélectionné des caractères spécifiques chez le chien, et notamment en privilégiant les caractères néoténiques, c’est à dire juvéniles, leur permettant d’être particulièrement attentifs aux signaux de communication humains3 . Le chien reste juvénile, et est motivé par toute sorte de jeux. Cette caractéristique serait le propre des animaux de compagnie et  permettrait de créer des liens privilégiés avec les humains 1. Dans la nature, les animaux ont besoin de chasser, se déplacer pour survivre. En partageant nos foyers, le chien n’a pas à effectuer ses tâches : il est nourri, promené, soigné et peut donc passer un certain temps à jouer, ne craignant pas pour sa sécurité.

Le jeu permet aux chiens de se dépenser, d’être stimulé, de satisfaire son besoin de contact social, en interagissant avec ses congénères et les humains, d’explorer son environnement, d’affiner leurs actes locomoteurs.

Comment reconnaître le chien qui veut jouer ?

Le chien, va adopter des postures dites d’ « appel au jeu ». Le chien va abaisser ses pattes antérieures jusqu’au sol, relever son train arrière et remuer la queue vivement. Parfois le chien va aboyer, parfois grogner de façon de plus en plus intense, si l’individu en face ne réagit pas, pour le solliciter. Il est important de souligner que le chien, lors de ces séquences, est très mobile, contrairement lors d’interactions agonistiques (lié à l’agression, au conflit), où le chien va se mouvoir de façon plus rigide.

Comment les chiens jouent-ils ?

Plusieurs types de jeu peuvent être observés. Nous reprendrons les catégories utilisées par l’éthologue, ethnologue et sociologue, Delphine Descamps 4 :

–       le jeu social : le but étant « d’établir ou de renforcer les liens sociaux par le biais des interactions qu’il suscite, que ce soit entre congénères ou avec les humains. Il va s’agir de jeux de poursuite, de jeux de prédation, de jeux de possession ou encore de jeux de lutte ». Ces interactions sont très importantes pour le chien, pour stabiliser un groupe, pour effectuer des apprentissages, s’ajuster avec les individus en face, être stimulé. Un chien isolé, pourra s’ennuyer et développer des troubles du comportement.

–       le jeu solitaire : « les jeux solitaires sont plutôt des jeux vigoureux (galops, ruades, jeux de tête, etc..) qui impliquent une grande dépense d’énergie et contribuent certainement à exercer les muscles de l’animal ».

Penchons nous dans un premier temps au jeu chez le chiot : durant les premiers mois, le chiot va vivre avec sa mère et sa fratrie. Vont alors se succéder différentes activités, variables en fonction des phases de développement et des capacités locomotrices   Le chiot va apprendre, en contact avec sa fratrie dans un premier temps, à s’ajuster. Avec sa mère, il va apprendre à inhiber sa morsure. Les phases de jeux sont très importantes et doivent être respectées. Les apprentissages précoces effectués lors de ces premiers mois, vont servir au chien, une fois adulte, pour communiquer correctement avec ses congénères.

Différentes façons de jouer peuvent être proposées au chiot, une fois qu’il a rejoint un foyer humain, et quitté sa mère.

–       en lui permettant d’avoir des contacts répétés avec d’autres chiots ou chiens adultes : il pourra ainsi rencontrer d’autres congénères, de morphologies différentes, avec des caractères différents, dans des contextes différents..

–       en lui proposant des joutes, objets divers (ces fameux pouics pouics qui cassent les oreilles !). Certains chiots vont privilégier les jouets sonores, des objets divers (bouteilles en plastique, bâton,..).  Le chien va les prendre en gueule,  lui permettant ainsi de se dépenser, en mastiquant, s’exerçant sur des mouvements précis…l

Il est intéressant de noter que certains jouets semblent avoir plus de valeurs pour le chien que d’autres. Vous pouvez faire l’expérience : achetez deux jouets identiques. Marquez le de façon à les reconnaître (avec une croix par exemple). Ne manipulez toujours que le même jouet en jouant avec votre chien et ne touchez jamais l’autre. Essayez d’observer votre chien et voir ainsi quel jouet il va préférer pour vos interactions ludiques, en vous sollicitant, avec le petit « trésor » en gueule, ou lorsqu’il joue seul. Le jouet manipulé a  souvent plus d’intérêt, prend plus de sens pour le chien, que celui qui ne l’a jamais été. Certains chiens vont être plus attirés par certaines matières, formes, en fonction des préférences, et des expériences également.

Pourquoi favoriser le jeu avec nos chiens ?

Le chien, lors d’interactions spécifiques avec l’homme, comme le jeu, tels que le lancer de balle, retire des bénéfices : le chien développe une complicité avec son maitre, se dépense. Le jeu a un impact positif sur le chien, l’humain et sur leur relation : multiplier les expériences positives entre deux individus, permet de créer un réel lien. Les deux individus vont apprendre à affiner leur communication, développer une réelle complicité: il n’est pas rare de voir qu’un simple signal peut déclencher le jeu dans le couple homme/ chien : le chien va solliciter le maitre par un regard, émettre un signal acoustique spécifique (aboiement, grognement, couinement…) afin de solliciter son maître. Plus le chien  et l’homme retireront de bénéfices, plaisir, plus ces interactions ludiques se multiplieront.

Le jeu est utilisé par certains professionnels pour  motiver les chiens à travailler : par exemple ; lors de recherches de décombre, de drogue3. La motivation du chien à travailler est donc maintenue, il ne se décourage pas.

Chez les particuliers, le jeu va être utilisé pour éduquer de façon positive le chien. A l’inverse des modèles d ‘éducation, prôné par certains éducateurs, basés sur la hiérarchie, la punition.  Le jeu peut être utilisé dans différents contextes, et sera adapté en fonction du tempérament du chien, et des aspirations du maître : grâce au jeu, il va être possible de permettre à un chien craintif d’explorer son environnement, de façon positive (en utilisant des friandises pour l’inciter à franchir certains obstacles, au départ peu rassurants, ..). Cela permettra à un chien plus réactif de se canaliser (avec des jeux de concentration, de recherches d’objets…) en se dépensant mentalement, en plus des possibilités de dépenses physiques qui lui seront proposées.  Pour un chien qui a des difficultés à rester seul, la possibilité de mordiller, s’occuper avec un jouet rempli de friandises pourra l’occuper. Les ordres de base (comme le « stop », lors de balade) pourront être appris de manière ludique…

Il est donc important de privilégier le jeu entre hommes et chiens afin de renforcer la relation, le bien être. Il serait dommage de gâcher cette relation en utilisant la punition, alors que d’autres moyens plus agréables existent !

N’oubliez donc pas de jouer avec votre chien !

Romy Sauvageot, Chat Chien Zé Hom

 Références :

 1.  S. Tinnes Kraemer (2013) article « La relation en jeu avec le chien et le chat » http://comportementaliste.over-blog.com/

 2  Le blog : http://dogcognition.wordpress.com/

3 I.Vieira (2012) Comportement du chien. Ethologie et applications pratiques, éd. Point vétérinaire

4 D. Descamps (2006 ) Ethologie du jeu ou la « relation zooludique » entre l’enfant et le chien. Mémoire de master 2 recherche Sciences Humaines et Sociales mention Ethnologie. Université René Descartes

Vacciner les chats et non les humains pour aider ces derniers

Un article paru sur www. romandie.com le 3 décembre 2013

Trois chercheurs de l’Hôpital universitaire de Zurich (USZ) ont mis au point un remède particulier contre l’allergie aux poils de chat. Ils se proposent de vacciner les félins, et non les humains, contre la protéine qui déclenche l’allergie chez les seconds. Les scientifiques ont fondé une entreprise pour commercialiser leur produit.

Une personne sur dix est allergique aux poils de chat, ou plus précisément à certaines protéines qui se trouvent dans leur peau ou leur salive, écrit lundi l’USZ. Jusqu’ici, les détenteurs d’animaux concernés n’avaient pas d’autre choix que de se faire désensibiliser via un processus long de plusieurs années, ou alors de se séparer de leurs petits compagnons.

Les allergologues et immunologues Gabriela Senti, Thomas Kündig et Martin Bachmann ont mis au point une méthode permettant d’immuniser les chats contre la protéine « Fel d 1 », responsable de l’allergie, qu’ils détiennent dans leur corps. Cette préparation réduit sa quantité, ce qui entraîne une diminution des symptômes chez l’humain, poursuit l’USZ.

Les chercheurs espèrent ainsi que les personnes allergiques ne devront plus prendre de médicaments et qu’ils pourront conserver leurs animaux. La protéine « Fel d 1 » ne semble pas jouer un rôle vital chez les chats. Ces derniers peuvent donc aisément s’en passer.

Afin de développer ce vaccin, les trois scientifiques ont fondé une société, qui a récemment remporté un Swiss Technology Award. L’utilisation clinique du produit pourrait intervenir dans environ trois ans, prévoit Gabriela Senti.

Le Swiss Technology Award a été lancé en 1987 par Branko Weiss et Nicolas Hayek. Ce prix récompense chaque année les sociétés et institutions les plus innovantes de chaque branche. Il est remis dans le cadre de la foire de l’innovation Swiss Innovation Forum.

source: http://www.romandie.com/news/n/Vacciner_les_chats_et_non_les_humains_pour_aider_ces_derniers57021220131640.asp

atchoum

Nouveau! Promenades collectives avec vous et votre chien!

      Vous souhaitez partager un moment privilégié avec votre chien? Vous souhaitez fournir l’opportunité à votre chien de rencontrer ses congénères, de découvrir de nouveaux environnements? Vous souhaitez rencontrer de nouveaux congénères?! (et oui, n’oublions pas l’humain!) Et apprendre à décoder le langage canin?

Even et Homaley

Even et Homaley

Ces balades sont encadrées par une éthologue , comportementaliste spécialiste des relations homme/ chien: l’occasion d’échanger et d’apprendre à décoder la langage canin, comprendre les comportements de votre chien, et de voir évoluer des chiens en groupe.

L’observation sera de mise! Vous aiguiserez ainsi votre sens de l’observation pour mieux comprendre les comportements de chacun!

Le principe?

Ce sont des balades ou les chiens sont en liberté sur une grande partie du parcours, afin de permettre aux chiens de communiquer plus librement.

Un des buts étant également de partager un moment privilégié entre propriétaires et leurs chiens!

Où? Les balades sont au départ d’Orry la ville ou Chantilly.

Durée: 2 heures

Tarif: 10 euros

Prochaines dates:

– Samedi 8 décembre de 10h à 12h, à Orry La Ville

– Samedi 15 décembre de 10h à 12h, à Orry La Ville

Contactez Romy Sauvageot au 06.81.07.35.83 ou par mail: info@chiensethommes.fr pour réserver votre place ou pour toute demande d’informations complémentaires.

Et aussi:

  • Promenades de votre chien pendant votre absence!

Périmètre d’interventions:  10 km autour d’Orry-La-Ville

Tarifs: 15 euros la promenade d’une heure (frais kilométriques inclus)

Possibilité de grouper votre chien à d’autres, en fonction de sa sociabilité et de ses besoins

Consulter notre site ici

Comment savoir si votre chien est heureux de vous voir ? Regardez ses sourcils !

Un nouvel article publié sur le site de Maxisciences, le 31 juillet 2013, par Emeline Ferard

Selon une étude japonaise, il serait possible de deviner les émotions d’un chien en regardant son expression faciale et plus particulièrement ses sourcils.

Image

Si le chien est devenu le meilleur ami de l’homme, il n’est pas toujours facile de comprendre les émotions de son compagnon. Est-il triste ou heureux ? Pour le savoir, certains vous conseilleraient d’observer sa queue qui est un bon indicateur de son état émotionnel. Mais la face de votre chien est en réalité bien plus révélatrice.

C’est ce qu’ont démontré plusieurs études dont une nouvelle récemment publiée dans la revue Behavourial Sciences.Selon ces travaux menés par des chercheurs japonais, les émotions des chiens sont trahies par des expressions faciales bien précises qui impliquent à la fois les oreilles et les sourcils de l’animal. Les sourcils seraient alors un indicateur de choix. Pour en arriver là, le Dr Miho Nagasawa et ses collègues de l’Université d’Azabu ont traqué à l’aide de caméras les changements intervenant dans la face de 12 chiens rassemblés dans une pièce divisée en plusieurs parties par des rideaux noirs. Installés devant une sorte de panneau avec une ouverture sur le rideau, les animaux ont alors été confrontés à trois situations différentes. Grâce au rideau, ils étaient soit réunis avec leur propriétaire, soit mis en contact avec un étranger, soit exposés à un jouet ou un objet qu’ils n’aiment pas comme un coupe-ongles par exemple.

Pour chaque situation, les scientifique ont ainsi observé la réaction faciale des chiens puis les ont comparées les unes aux autres.

la suite de l’article ici